Close

ARDSP

Bienvenue sur le site de l’Association des Réanimateurs Du Secteur Privé.

L’Association Des Réanimateurs du Secteur Privé (loi 1901), a été fondée le 29 mai 1985 dans le but de mettre en relation les réanimateurs exerçant en établissements privés d’hospitalisation.

Ces unités de réanimation sont nées de la nécessité de sécuriser les patients les plus lourds des établissements privés. 

Peu nombreux au départ, l’ARDSP représente actuellement 54 services soit 540 lits de réanimation et environ le même nombre de lits d’USC. Ils ont traité en 2015 plus de 21 000 patients soit 12% des patients hospitalisés en réanimation, avec un SAPS II moyen (hors réanimation de chirurgie cardiaque) de 39,3.

Ces unités ont été favorisées et encadrées par une convention entre les tutelles et la Fédération de l’Hospitalisation Privée (fhp.fr), qui concernait les soins particulièrement coûteux (SPC arrêté du 29 Juin 1978). Cette réglementation à visée contraignante s’est avérée novatrice au plan médico-économique, pragmatique et très en avance sur le secteur public. Elle imposait la création, aux côtés des services de réanimation, des unités de surveillance continue pour les patients à risques.

Ainsi s’est créée, en collaboration avec quelques services d’urgence privés, la filière de soins critiques en secteur privé.

Dès lors, l’association, ni syndicat, ni société savante, est devenue un groupe de réflexion, qui se veut indépendante de ceux-ci, laissant le libre choix à ses adhérents de s’y affilier ou non. Représentant l’exercice de la réanimation au sein d’établissements privés, cette association a pris sa place comme interlocuteur auprès des sociétés savantes, des syndicats, des conseils professionnels, et des instances tutélaires. Son point de vue et son pragmatisme ont permis, aidé par la FHP, l’intégration aux SROS, la participation à l’élaboration de la Loi 2002 concernant la réanimation et le maintien des ressources financières nécessaires à sa survie (NGAP puis CCAM et PDSES).

Les réanimateurs de l’ARDSP ont deux objectifs :

– Offrir des soins de qualités, s’appuyant sur les recommandations scientifiques en vigueur, sur des équipes motivés et sur un plateau technique performant.

– Structurer les différentes spécialités MCO autour de filières de soins critiques, des urgences à la réanimation et jusqu’au centre de réadaptation, pour sécuriser les patients les plus graves.

Le bon fonctionnement des unités de réanimation et de surveillance continue au sein des établissements privés a pu ainsi être assuré de façon à ce que les patients pris en charge dans ces établissements bénéficient de la sécurité et de la qualité qu’apporte la réanimation.